Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet « AYIFA » financièrement appuyé par l’USAID-Bénin, l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC) a organisé le mercredi 13 mai 2015 au Palais des Congrès de Cotonou, une conférence publique sur le thème : « Les trafics d’armes en lien avec les braquages en bandes organisées et la situation sécuritaire au Bénin et dans la sous-région ouest-africaine ».

Image_onference_publique_2
Cette conférence publique a pour objectif global de susciter une réflexion élargie au niveau des acteurs intervenant dans la lutte contre la criminalité transnationale organisée et la corruption en vue d’une dynamisation de la lutte contre ces phénomènes au Bénin. Elle a connu la participation de représentants des ministères et institutions de la République, des cours et tribunaux, des structures de la police et de la gendarmerie, des partenaires au développement, des organisations de la société civile etc.
La conférence publique a été animée par un panel de quatre (04) experts avertis des questions de CTO :
• M. David HOUINSA, Sociologue du Développement ;
• M. Louis T. TOKPANOU, Directeur Central de la Sécurité Publique ;
• M. Edouard Cyriaque DOSSA, Procureur de la République près du Tribunal de Première Instance de Deuxième Classe de Ouidah ;
• Narcisse Martial YEDJI, Sociologue.
Au cours de cette conférence publique, les participants ont fait des recommandations pertinentes qui, mises en œuvre contribueront à l’efficacité de la lutte contre la corruption et les crimes transnationaux organisés au Bénin. NB : Un lien sera créé pour diriger les visiteurs du site vers les recommandations formulées à l’endroit des différentes parties prenantes :

Recommandations
• mettre en place un dispositif permettant d’identifier les propriétaires réels des maisons dans les quartiers de villes ainsi que leurs occupants (Direction Générale des Impôts et des Domaines / Mairies / Police Nationale) ;
• s’auto-saisir (les Procureurs de la République) en cas de soupçons sur le financement des réalisations (construction d’immeubles, acquisition de véhicules de luxe etc) faites par certains citoyens ;
• travailler (ANLC) avec les élus locaux dans le cadre de la criminalité transnationale organisée ;
• adopter une politique d’emploi orientée vers l’entrepreneuriat pour occuper les jeunes à des activités génératrices de revenus aux fins qu’ils ne répondent aux promesses des groupes criminels ;
• adopter une politique sécuritaire adaptée au niveau de développement du pays (technologies de l’information et de la communication) et des moyens sophistiqués développés par les groupes criminels ;
• œuvrer à la traçabilité efficace (Direction Centrale de la Sécurité Publique) de toutes les armes qui circulent sur toute l’étendue du territoire national ;
• sensibiliser les élus locaux à collaborer avec la Police Nationale en lui fournissant des informations pour démanteler les poches criminels dans les quartiers de ville ou villages ;

 

Categories: Actualités

Leave a Reply